Figures de l’Investigateur et du Concepteur, en jaune

Roue des talents - Profil du Jaune: Investigateur et Concepteur

Figures de l’Investigateur et du Concepteur, en jaune

 

Points communs de ces deux profils : leur intuition (leur perception les relie à leur inconscient plutôt qu’à leur sensation) et leur flexibilité. Ces deux qualités leur donnent le goût des idées et de la recherche.  Ils se méfient des positions arrêtées, des certitudes, des convictions, de tout ce qui est positivement en place dans des discours finis. Les vérités établies, à leurs yeux, recouvrent et obstruent la réalité des choses. L’honnêteté intellectuelle leur impose de faire un pas de côté, de se décaler, pour recréer une relation vive et originale avec la complexité du monde.

Car pour ces deux profils, la part d’invisible et d’inconnu est beaucoup plus authentique et excitante que tout ce qui a déjà pu se dire ou s’écrire. Le monde est, à leurs yeux, infini et les réponses n’épuisent jamais complètement les questions. Leur quête les pousse à douter de ce qui paraît aller de soi. Régulièrement ils cherchent à dépasser l’existant et à proposer d’autres éclairages et d’insoupçonnées possibilités.

Leur discours est volontiers hypothétique, complexe, paradoxal, imagé, fluide, visant à cerner une réalité qui conserve par nature sa part d’irréductibilité et de transcendance. La couleur jaune suggère ici la lumière, la légèreté des idées multiples.

Quelles différences entre les Investigateurs et les Concepteurs ?

L’Investigateur a un côté introverti qui l’incite à creuser plus avant les problématiques pour tenter d’y voir personnellement plus clair. Son souci de meilleure intelligence le pousse à s’accorder le temps nécessaire pour élaborer une théorie pertinente. Au sein des équipes, l’Investigateur s’avère très utile pour secouer le cocotier des idées reçues et pour explorer de nouveaux domaines. Ce goût de la réflexion peut l’isoler de son entourage, surtout si ce dernier est pragmatique et extraverti. Le danger, s’il n’y prend pas garde, c’est de se prendre au jeu de la spéculation et de perdre de vue l’objectif.

De son côté, le Concepteur, le plus souvent de type Extraverti, exprime plus immédiatement ses intuitions. Il passe moins de temps à approfondir les questions dans son for intérieur et a plaisir à partager spontanément ses suggestions avec son entourage. Il apprécie notamment les moments de création collective qu’il dynamise de son optimisme et son enthousiasme.

Si sa créativité n’est pas suffisamment « managée », il peut passer, en particulier aux yeux de personnes de type « bleu », comme touffu et désordonné, difficilement employable. S’il utilise sa créativité de manière professionnelle, il peut s’avérer d’un apport considérable dès lors qu’il faut surmonter des obstacles ou qu’il faut innover, pour remuer les choses et ouvrir des perspectives de développement.

Si l’Investigateur ou le Concepteur est de préférence Sentiment, il sera plutôt intéressé par les questions par les questions touchant la vie des hommes, d’ordre moral. S’il est de type Raisonnement, il sera plus intéressé par des sujets d’ordre scientifique, se prêtant à un traitement objectif et logique.

L’Investigateur et le Concepteur représentent la face intellectuelle de l’équipe. Le premier pose la question « Que savons-nous ?», le second « Quelles nouvelles possibilités s’offrent à nous ? ». Les deux séjournent longtemps dans le monde de l’esprit et sont intimement associés pour anticiper les choses et proposer des solutions d’avenir. Ils ont intérêt à fonctionner de manière interdépendante, sinon l’Investigateur est menacé d’encyclopédisme stérile, et le Concepteur de créativité « brute », son approche souffrant d’un déficit d’étude et de référence solide.

O.W. 08.2018